Ville de Munich et les logiciels libres

Depuis 2004, l’administration de la ville de Munich a clairement fait son choix pour l’utilisation des logiciels libres.  Aujourd’hui, plus de 85% des 15 000 postes de travail ont été migré vers un système d’exploitation et des logiciels libres.  Principalement, ils ont remplacé Windows par Ubuntu et la suite bureautique est maintenant LibreOffice.  En évitant les frais de licences et de matériels nécessaire pour passer à Windows 7 et le plus récent Office, la ville dit avoir épargné 10 millions € (13.75 millions $).

Ils ont présenté leurs conclusions dans un rapport qui a vite été contesté par Microsoft.  Ils présentent les trois scénarios qui ont été considéré, Windows/Office, Windows/LibreOffice ou Linux/LibreOffice.

Dans les trois cas, les coûts des salaires des employés et pour la formation sont les mêmes à 22 millions €.  Le prix de mettre à jour Windows et Office est de 11.6 millions € ce qui comprend le remplacement du matériel nécessaire et la migration d’applications qui ne seraient pas compatible avec Linux.  Si ils étaient restés avec Windows, mais auraient remplacé leur suite bureautique par LibreOffice, le prix ne baisse pas beaucoup à 7.4 millions €.  Finalement, entre 2004 et 2012, la ville a dépenser 270 000€ pour faire la migration graduel de tous les postes de travail vers Linux et des logiciels libres.  Ils ont quand même estimé les coûts à 1 million €.

Ce qui veut dire que les totaux sont :

  • Windows/Office : 43.6 millions €
  • Windows/LibreOffice : 39.4 millions €
  • Linux/LibreOffice : 23 millions €

Ils ont fait leur choix et ils encouragent même les citoyens à changer de système d’exploitation en distribuant des CD de Lubuntu.

Avec la fin du support de Windows XP qui approche vite (avril 2014), la ville ne veut pas que ses citoyens restent pris avec un système qui deviendra vite non sécuritaire ou qu’ils soient obligé d’acheter un nouvel ordinateur juste pour avoir un système d’exploitation à jour.  Ils vont donc distribuer des CD de Lubuntu.  Lubuntu est une distribution Linux basé sur Ubuntu mais qui est configuré pour fonctionner sur des plus vieux ordinateurs.  C’est une belle initiative de la ville et un bon exemple d’une migration réussis vers les logiciels libres.

C’est pas si simple

Une autre ville en Allemagne, Freiburg, a aussi tenté l’expérience des logiciels libres.  Ils voulaient remplacer leur suite bureautique par LibreOffice.  Après 5 ans, le projet a été annulé et un consultant Microsoft a été appelé à la rescousse.  Comment expliquer la différence entre les deux situations similaires qui se produisent presqu’en même temps?

La ville de Freiburg, contrairement à Munich, voyait les logiciels libres comme une solutions facile pour sauver de l’argent et ont voulu continuer à utiliser le système d’exploitation Windows pour garder certaines applications.  En plus, les employés avait le choix de ne pas participer à la migration et de garder Office 2000.  Comme Office 2000 ne permet pas de sauvegarder les documents en formats ODF (Open Document Format), il y a nécessairement eu des problèmes d’incompatibilité et les employés ont, sans surprise, blâmé la nouvelle suite bureautique.

À Munich, la migration était non optionnel, ils ont embauché des employés pour travailler avec la communauté des logiciels libres afin trouver des solutions et de régler les problèmes rencontrés.  La stratégie était calculée à long terme : Investir pour sortir de l’enfermement propriétaire et prendre le contrôle des technologies qu’ils utilisent pour ensuite réaliser des économies.

Le passage aux logiciels libres ne sera pas quelque chose de simple après des années à utiliser des logiciels propriétaires.  Il faut un plan et il faut que toute l’organisation embarque dans le changement.  La « Document Foundation » a rendu disponible un livre blanc sur comment passer à LibreOffice et faire la promotion des logiciels libres.  Il ne s’agit pas de se lancer dans le vide en pensant faire des économies, mais de planifier de façon méthodique pour assurer le succès du projet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *